Le Malaise et l’échappée, à paraître en septembre (2)

Comme promis, vous trouverez ci-dessous la page de quatrième de couverture de mon premier livre de poèmes qui paraîtra bientôt aux éditions 5sens. Une transcription texte suit la photographie des pages de couverture. Tout prochainement, je publierai un extrait du livre sur ce site.

Le Malaise et l’Échappée, synopsis :

Violence. Violence ordinaire d’une vie entrain de se faire. Violence des premières et des dernières fois. D’une vie entrain de se défaire en somme. Puis ce malaise qui enfle, qui vous saisit le corps, vous ravit le souffle même. Comme une lierre insatiable qui grimpe et qui se resserre.

Violence des souvenirs et de l’attente toujours relancés, toujours ressassés. De nos saisons qui se chevauchent.

Alors on court sans savoir où aller. D’espoir et d’amours adolescentes on se gratte jusqu’au sang. En fin de compte on s’épuise. L’engourdissement.

Violence, aussi, de l’échappée. S’exposer à la rencontre, ses blessures et son outrage, sa lucidité. Violence d’une joie et d’une colère inentamées, au pouvoir inaugural. Dépassant les mirages de l’insignifiance et du surplomb, aller hors de soi, s’oublier. Au risque de se trouver.

Le Malaise et l’Échappée (à paraître, sept. 2022)

Dans le courant du mois de septembre sortira Le Malaise et l’Échappée, mon premier recueil de poèmes aux éditions 5sens (dir. Anne-Lise Wittwer). Ce livre sera disponible en version physique papier ainsi qu’en version numérique.

Fruit de plusieurs années d’efforts, ce livre porte la trace d’une violence latente et sourde avec laquelle il m’a été donné de vivre. Elle n’a rien d’extraordinaire, elle est presque sans nom, et d’autres assurément en partagent le poids.

J’ai voulu retracer le parcours de cette édification contre une résistance massive et presque quotidienne. Je parle d’une prise de l’esprit et du corps avec le malaise, je parle aussi de l’engourdissement du cœur qui en suivit. Mais j’ai aussi voulu dire les moments d’affrontement, les éclats et les sursauts qui me firent espérer à nouveau en l’impermanence de cet état.

S’il m’était permis de nommer autrement ce livre avec les mots d’un autre, j’aurais choisi Songs of Love and Hate, en mémoire de Leonard Cohen, qui m’apprit que le cœur devait se briser s’il voulait ne pas s’éteindre.

Le dessin de première de couverture a été réalisé par Pierre Ausserré (« cueillir une rose » 2022). Je publierai d’ici quelques jours le texte de quatrième de couverture qui prolongera la présentation du livre.

Je remercie toutes les personnes qui m’ont accompagné dans la rédaction de ce livre et espère qu’il pourra désormais vivre dans d’autres mains que les miennes.